image443Comme les troubles des métabolismes glycémiques et lipidiques, l’HTA peut être abordée par des moyens non pharmacologiques.

En France la prévalence de l’HTA est de 30%.
50% des hypertendus sont diagnostiqués a tort.
50% des hypertendus authentiques dont 40 % seulement sont traités et 25% équilibrés.

l’HTA est la première cause de mortalité dans de nombreux pays avec ces  9 millions de mort chaque année dans le monde c’est a dire plus que le tabac. La prévalence de l’HTA augmente dans les pays industrialisés du fait d’un mode de vie inadapté et dans les pays en vois de développement car elle n’est pas diagnostiquer.

En France, la normalité des chiffres de PA signifie, pour les patients, avoir un coeur en bonne santé. Du moment que les chiffres sont dans les clous habituels tous va bien! C’est probablement le résultat d’une bonne campagne de prévention de la part de l’état et surtout des « médecin de famille »; Pourtour nous verrons que le comportement de la PA est un peut plus subtile que de rester dans des normes préformées.


1-Définition de l’HTA

La pression artérielle (PA) est la pression nécessaire pour acheminer le sang dans tout l’organisme. La pression artérielle systolique (PAS) correspond à la pression maximale qu’exerce la cœur lorsqu’il se contracte pour propulser le sang dans les artères.

Lorsque le muscle se relâche pour se remplir,de sang oxygéné, entre 2 contractions, la pression chute dans les artères et la pression résiduelle, la plus basse est la pression diastolique (PAD). La PAS dépend donc de la capacité du muscle cardiaque a se contracter et la PAD de la souplesse des artères.

L’HTA correspond à l’augmentation de la pression hydrostatique dans le réseau vasculaire avec des chiffres > 140 / 90 mmHg au cabinet et >135 /85 mmHg a domicile.

Cette hyperpression  provoque les mêmes dégâts que les autres facteurs de risque cardiovasculaire comme les troubles métaboliques ou le monoxyde de carbone en cas de tabagisme.

En règle général l’HTA est systolique (quand le cœur éjecte le sang dans l’organisme = chiffre le plus haut) et diastolique (quand le cœur se relache et se remplit = le chiffre le plus bas).

10% des HTA sont dites secondaires c’est a dire traduisant une maladie endocrinienne (en particulier des glandes surrénales) ou une sténose des artères rénales ou même encore d’un SAS. Ici ne seront abordés que les HTA essentielles c’est a dire sans cause particulières.

 

2-Physiopathologie et complications

Initialement les cellules musculaires des vaisseaux s’hypertrophient (et perdent leur souplesse et ne peuvent plus s’ouvrir, se dilater à l’effort) pour contenir la sur-pression qui s’exerce sur leur parois puis ensuite le même phénomène inflammatoire décrit dans la plaque d’athérome (cf le chapitre sur les graisses) se produit.

Les complications de l’HTA sont essentiellement les AVC, l’IDM et l’insuffisance rénale.

L’HTA est la plupart du temps une maladie asymptomatique, insidieuse ou les lésions vasculaires évoluent a bas bruit pendant des années. Ou alors on lui attribue a tord des symptômes. Par exemple des malaises, des vertiges ou des maux de tête sont considérés comme des manifestations d’une PA déstabilisée alors que ce sont ces signes cliniques qui élèvent secondairement les chiffres de pressions artériels.

En ce qui concerne l’AVC, le mécanisme est dans plus de 80% ischémique par obstruction lente d’un petit capillaire cérébral et beaucoup plus rarement hémorragique par rupture vasculaire.

Une réduction même minime des chiffre de PA diminue de manière largement significative le risque d’AVC.

En pratique l’HTA est une maladie chronique souvent asymptomatique et l’AVC hémorragique sur une poussée de PA, tant redoutée par le patient est rarissime.

 

image444

Les complications cardiaques sont de 2 ordres ; l’atteinte des artères coronaires irrigant le cœur (coronaire vient de couronne car les vaisseaux cheminent sur le cœur comme la couronne sur la tête d’un roi) et du muscle cardiaque lui même qui grossit, s’hypertrophie puisqu’il pousse sur des vaisseaux dont la pression est anormalement haute.

Cette hypertrophie pathologique hypertensive n’a rien à voir avec celle du sportif ( syndrome du coeur de sportif) qui est adaptative à l’entrainement et permet d’augmenter les performances physiques via l’amélioration du débit cardiaque.

L’hypertrophie de l’hypertendu est pathologique car le muscle cardiaque est mal vascularisé et son relâchement entre 2 contractions est anormal rendant difficile la période de remplissage..

Ces mécanismes pathologiques aboutissent a déséquilibrer la balance entre la consommation d’oxygène du cœur et l’apport disponible en O2 augmentant le risque ischémique.

L’insuffisance rénale est liée à l’altération des petits capillaires des glomérules du rein qui se sclérosent comme dans le cerveau ou la rétine de l’œil.

Cependant l’HTA est une maladie chronique et les complications surviennent tardivement, permettant de prendre son temps pour confirmer le  diagnostic et choisir le meilleur traitement.

Sur une journée de 24 h, la pression artérielle varie autant que la fréquence cardiaque avec des chiffres pour la PAS de 80 mmHg la nuit jusqu’à 200 mmHg a l’effort ou lors de violentes émotions .

 

Ces variations de PA sont normales, physiologiques et salutaires permettant à notre organisme de s’adapter notamment a l’effort et aux émotions.  (cf le chapitre sur la cohérence cardiaque). Les variations tensionnelles brutales, importantes sont un signe de bonne santé.

 

image445

La pression artérielle dépend de l’activité de toutes les grandes voies de régulations neuro-hormonales de l’organisme mais aussi de la volémie et de l’équilibre des sel minéraux.

A l’exception des HTA dites secondaires c’est à dire liées à une maladie particulière (en générale endocrinienne ou par sténose des artères rénales) l’augmentation de la pression artérielle est dite essentielle c’est a dire sans cause bien individualisable et liée a un déséquilibre de ces grandes voies de régulation dans l’organisme comme la régulation de l’eau, du sel de la tonicité du réseau vasculaire.

La cause est inconnue mains certains comportements relevant du mode de vie sont des facteurs favorisants. Il s’agit de la consommation excessive de sel, d’alcool, la sédentarité, le surpoids, le tabac, le stress, le diabète…

L’HTA héréditaire n’existe pas en ce sens ou il n’y a jamais été mis en évidence un gène de l’hypertension tant l’HTA est plurifactorielle.

Par contre on observe facilement des prédispositions familiales. Des parents obèses, sédentaires ou stressés auront plus de risques d’avoir des enfants obèses, sédentaires ou stressés donc peut être hypertendus.En pratique un sujet a 2 fois plus de risque d’être hypertendu si ces parents ont contracter la maladie.

Les enfants apprennent par mimétisme pour le meilleur et pour le pire…mais grâce à l’adolescence ils peuvent remettre en question les us et coutumes de la famille.

    Age        PA     Hommes     Femmes
    35 ans       130/90

140/95

150/100

           4

9

16,5

    45 ans        130/90

140/95

150/100

           3

6

11,5

          1.5

            5

           8,5

    65 ans          130/90

140/95

150/100

           1

4

6

           0,5

3

4

Réduction de l’espérance de vie (en année) chez les hypertendus non traités

 On peut observé dans ce tableau que certains sujets ne sont pas dans la catégorie des hypertendus sans pour autant avoir une PA normale pour leur âge.Les norme de la PA sera probablement revu a la baisse dans un avenir assez proche.

3-Diagnostic

Le diagnostic de l’HTA est difficile tant les chiffres varient et se définissent comme une pression artérielle prise au cabinet médical par votre médecin après une période d’au moins de 5 min de repos physique et émotionnel :

PAS > 140 mmHg
et/ou
PAD > 90 mmHg

confirmé par 3 mesures a 1 mois d’intervalle.

Autant dire que ces conditions de mesure sont rarement réunies au cabinet médical.

Le confirmation de la maladie hypertensive s’établit à la vue des chiffres a domicile recueillis par le patient lui même suivant un protocole précis ou mesuré par un appareil posé 24 h et qui effectue des mesures en général toutes les 10 ou 15 min (MAPA).

Dans ces conditions des chiffres :

PAS > 135 mmHg
et/ou
PAD > 85 mmHg

Seules les mesures a domicile permettent d’établir le diagnostic d’HTA permanente et de s’assurer le cas échéant que l’HTA est bien contrôlée par le traitement instauré.

A priori il n’y a pas, dans les études, de différence en terme de diagnostic positif entre la Mesure Ambulatoire de la Pression Artérielle (MAPA) et des séries d’auto mesures effectuées par le patient lui même. Cependant la MAPA permet de mieux appréhender le profil tensionnelle nycthéméral  du fait des prises nocturnes.

 

Comment prendre la PA a domicile ? le règle des 3

3 prises, 3 jours, 3 semaines

Au repos physique et psychologique, assis ou allongé depuis 5 min. 3 prises à quelques secondes d’intervalle le matin et le soir, pendant 3 j sur 3 semaines avec par exemple : semaine 1 : Lundi, mardi, mercredi, semaine 2 : mercredi, jeudi, vendredi, semaine 3 : vendredi, samedi dimanche

Des chiffres élevés au cabinet médical n’ont en général peu de signification, en revanche des chiffres bas permettent souvent d’exclure le diagnostic.

Le diagnostic d’HTA permanente  pourra et même devra être régulièrement remis en question tant de variables interviennent dans la régulation de la PA et il n’est pas rare que le médecin puisse alléger voir stopper le traitement après bien sur la réalisation d’un bilan précis et sous contrôle régulier des chiffres a domicile.

Le traitement pharmacologique de l’HTA n’est pas forcement a vie.

Ces techniques de mesure de la PA permettent d’éviter les diagnostics erronés d’HTA établis sur des poussées tensionnelles physiologiques dues  a un stress par exemple.

De nombreux symptômes sont attribués à l’HTA alors que la plupart du temps l’élévation des chiffres de pression artérielle est physiologique et secondaire au symptôme lui même.  

Cependant le traitement de l’HTA est particulièrement efficace, selon les études en général publiées par des laboratoires, en terme de diminution des complications puisque une baisse de 5 mmHg (ce qui est peu, comme par exemple de passer de 14,5 a 14) permet de réduire la morbimortalité de 10%. Pour une correction  de 10 mmHg (de passer de 14 a 13) les complications diminuent de plus de 20%.

Les traitements chimiques les plus puissants associant 2 médicaments ne font pas baisser les chiffres de PA de plus de 35 mmHg.

Si vous passez de 18 a 12 avec un médicament c ’est que le 18 était une poussée tensionnelle et que vous nêtes pas obligatoirement hypertendu.

4-Causes de l’HTA dans les pays industrialisés

  • Surpoids
  • Sédentarité
  • Anxiété
  • Déséquilibre alimentaire avec notamment consommation excessive de sel de sodium et insuffisante en potassium
  • Tabac
  • Hyperactivité psychique et physique.
  • « Prédisposition » familiale

image446

Il y en a bien d’autres comme la pollution atmosphérique (dont le nombre de morts récences commence a faire peur) mais leur impact sur la tension est moins important et surtout non modifiable.

L’HTA est une maladie chronique, asymptomatique le plus souvent, dangereuse si elle est associée a d’autre FRCV et diagnostiqué sur des chiffres de PA pris a domicile. C’est une maladie du mode de vie. Les HTA héréditaires sont rarissime mais il existe une prédisposition familiale.

La consommation de sel > 6g/l est associé a une ↑ des AVC de 24%, ↑de décès

par accident CV de 63%`

5-Physiopathologie de l’HTA

  • Sodium (Na+) et Potassium (K+) et autres sels minéraux

Il y a 3700 ans les chinois observaient que  » lorsqu’on absorbe de grandes quantités de sel, le pouls devient plus fort et plus dur »

nakLe sel appelle l’eau et quand on absorbe trop de sel, l’organisme retient l’eau au lieu de l’éliminer. Ainsi le volume sanguin est augmenté. De plus le sel entre dans les cellules du corps et permet à celles-ci  d’absorber les nutriments nécessaires à son  fonctionnement. Une fois son travail terminé, le sodium doit ressortir des cellules. s’il est en excès, il reste avec l’eau dans le cellule, qui « gonflée » ne parvient plus à fonctionner normalement. Pour faire sortir le Na+ des cellules il faut du potassium. Il existe sur la membrane cellulaire des pompes Na+/K+ qui échangent le Na+ intracellulaire contre le K+ extra-cellulaire.

De plus le Na+ exerce directement une action néfaste au niveau du muscle cardiaque, provoquant hypertrophie et fibrose ainsi que la diminution de la souplesse des artères (si importante a l’effort) ainsi qu’une action toxique au niveau du rein.

La survie de la cellule et de l’organisme dépend de cette régulation Na+/K+. Il y a environ 15 fois plus de Na+ dans le sang que dans la cellule et 28 plus de K+ dans le milieu intracellulaire qu’extracellulaire. Sodium et potassium forment un tandem indispensable à la bonne régulation de la pression artérielle. On comprend donc l’importance de l’alimentation pour contrôler la TA. Par ailleurs, d’autres minéraux sont probablement impliqués dans ces mécanismes régulateurs. Le calcium améliore le relâchement des paroles artérielles. L’ excès de sel augmente la perte urinaire de calcium. Le magnésium potensialise l’action du potassium.

  • Les graisses

choCertaines graisses limitent les dépôts de cholestérol sur les vaisseaux et d’autres les favorisent. La diminution du diamètre endoluminale des vaisseaux implique une augmentation de la pression hydrostatique dans le système vasculaire.


6-Traiter l’HTA sans médicament 

La médecine alternative et en particulier les règles hygiéno-diététique fait partie intégrante du traitement quelque soient la sévérité de l’HTA.Dans les HTA modérées sans retentissement sur le système cardiovasculaire la médecine alternative peut parfois suffire.

La phytothérapie, la micro nutrition, et les méthodes sédatives ne peuvent rarement suffire a elles seules a contrôler la PA sans associer perte de poids et augmentation des APS.

Cependant il peut paraître parfois plus simple de prendre un médicament chimique contre l’HTA, a faible dose et bien toléré et de potentialiser son effet thérapeutique en utilisant de manière concomitante les méthodes alternatives

Na/K  

Au plan physiologique et, très schématiquement, l’élévation de la pression artérielle serait due a la diminution de l’élimination rénale du surplus du sodium (Na) dans le sang et a un apport de potassium (K) insuffisant.

La PA est corrélée au rapport sodium sur potassium (Na/K). Plus ce rapport est bas meilleurs sont les chiffres de PA. Le sel de table ne représente que 10 à 20 % du sel total ingéré et 80% du sel est ajouté par l’industrie agro-alimentaire dans les aliments que vous consommez au quotidien.

Il n’y a pas toujours de corrélation entre la teneur en sel et la perception gustative des sels notamment du fait de l’ajout de sucre dans presque tous les aliments commercialisés.

Par ailleurs nous ne sommes pas tous égaux vis a vis de l’absorption digestive du sodium c’est a dire que certains patients affirmant ne pas consommer trop de sel ont pourtant un taux sanguin élevé.

Par ailleurs et a propos du sel, des études japonaises ont démontré que la diminution du sel avait permis une diminution historique  de la fréquence des cancers de l’estomac et des AVC mais la restriction de sel trop drastique serait délétère pour la santé avec une ↑du cholestérol, des TG, de l’adrénaline, du système rénine-angiotensine (système de régulation de l’eau et du sel de l’organisme par le rein)

Le sel (NaCl) comprend 40% de sodium (Na) et 60 % de chlorure (Cl), autrement dit 1g de sel contient 0.4 g de sodium. L’équivalence entre la quantité de Na (en g/l)  et la quantité correspondante de sel s’obtient en x par 2.5 le sodium soit 1g de Na = 2.5 de sel.

image447

En France la consommation de K+ est de 2 g et celle du sel de 9 g. L’augmentation de l’apport en K (> 5 g) et  la diminution du sel (< 6 g) permet a lui seul de traiter les HTA modérées et de réduire la morbimortalité cardiovasculaire.

A noter que pour augmenter son apport en K outre la consommation des aliments riches en K on peut se procurer dans les grandes surfaces du sel de chlorure de potassium (Kcl). En sachant que 3 g de KCl = 1 g  de K

Une cuillère a café (1 cac = 5 ml) contient  6 g de KCl ou 2 g de K+. Il faudrait donc 3 cac de KCl pour avoir suffisamment de potassium.

Dans les études le K+ abaisse le PAS de 3,5 mmHg et de 2 mmHg la PAS et diminue de 25 % les AVC sans modifier toutefois le taux d’infarctus.

 

Le premier traitement de L’HTA :
  • Réduire sa consommation de sel (ou chlorure de sodium Nacl) < 6 g /j soit < 3 g de sodium /j
  • Consommer quotidiennement l’équivalent de 3 cac de chlorure de potassium KCL soit plus de 6 g de K+/j
  • Sevrage tabagique
  • Diminution du poids
  • Augmentation des APS d’endurance.
  • Prise en charge de l’anxiété (cohérence cardiaque par exemple)
2 g PA (mmHg)
NaCl + 4.5
K+ – 3

Réduire sa consommation de sel ne veut pas dire rechercher à le supprimer totalement.

La reduction de l’apport sodé < 6g n’a d’intérêt que chez les sujets hypertendus. Pour les normotendus la consommation de sel doit être modéré tout simplement.

image448

Par ailleurs si les régimes végétariens sont réputés pour faire baisser la PA c’est probablement en partie grâce a la diminution du rapport Na/K.


Cependant on peut trouver en pharmacie des sels de K+ organique :

  • Enabiane des laboratoires Piléje sous forme de stick a mélanger dans de l’eau qui apporte un peu de Ca + de Mg 2+ et surtout 1 g de K pur.
  • K biane : 4/j apportant 744 mg de K
  • K sel : salière de 250g, apportant 30 g de K pour 100g
Les aliments les plus riches en K (en g /100 g)
  • Café chicorée et chocolat en poudre (3,6).
  • Meloukhia*en poudre (3,5)
  • Artichaut
  • Levure alimentaire (2,4).
  • Graine de cumin (1,8).
  • Lait en poudre surtout écrémé (1,7).
  • Purée type mousseline (1,6).
  • Curry en poudre (1,5).
  • Épices, gingembre moulu, concentré de tomate (1,3).
  • Graine de coriandre, chips salées, poivre noir moulu (1,2).
  • Abricot séché, figues, raisins, dates (1,1).
  • Pois, lentilles (1.1)
  • Amendes, noix, noisette (0.7)
  • Bananes (0.4)
  • Veau, volailles (0.3)
  • La poudre de  Baobab. Surnommé en Afrique » l’arbre a pharmacien » contient de nombreuses vitamines (C en particulier 10 fois plus que dans l’orange), des fibres, des Ω3, des antioxydants (10 fois plus que la grenade) et 6 fois plus de K+ que la banane.
Les aliments salés (en g/100g)
  • Bouillon cube (10)
  • Olives noires (3.3)
  • Jambon fumé (2.5)
  • Crevettes (1.6)
  • Eaux gazeuses, Vichy, Célestin et Saint Yorre) (1.6)
  • Hareng fumé (1)
  • Biscuits salé (1)
  • Fromage (0.5 a 1)
  • Charcuterie (0.8 a 1.3)
  • Choucroute cuite (0.8)
  • Saumon fumé (0.6)
  • Saucisses (0.5 a 0.7)
  • Sardines (0.5 a 0.7)
  • Pain (0.5)
  • Conserves (0.3 a 0.4)
  • Crabe (0.4),
  • Et les plats cuisinés…

*C’est un ragout du Maghreb, du Moyen Orient et d’Afrique riche en sauce a base d’une plante verte, la corète potagère. Cette plante originaire d’inde se cultive facilement en France. Elle est aussi utilisée dans l’industrie du textile pour faire de la toile de jute.

Le test biologique le plus simple avant d’initialiser un traitement par substitution potassique pour une HTA légère est le dosage urinaire des 24h (a répéter 2 a 3 fois) du rapport Na /K (N < 1).

L’ail

image449

Utilisé depuis 3500 ans par les Égyptiens puis Hippocrate, l’ail est reconnu par l’OMS pour ses vertus dans les HTA modérées

Les principaux constituant santé de l’ail est l’allicine, le sélénium, les vitamines.

L’ail a des propriétés antioxydantes, hypolipémiante, antiagrégant, anti inflammatoire et antihypertensive comme le démontre des dizaines d’études scientifiques récentes .

L’action hypotensive de l’allicine est liée à un effet inhibiteur de l’angiotensine II et inhibiteur calcique avec une diminution de la  PAS de 10 mmHg ce qui correspond a l’effet d’un traitement chimique faiblement dosé.

Pour obtenir les effets escomptés sur la PA il faut 4 g d’ail frais soit 3 gousses /j et de préférence écrasées. Vous pouvez laisser macérer vos gousses écrasées dans un verre d’eau et le boire le lendemain votre jus d’ail après avoir retiré les gousses.Mais le plus simple est encore de consommer des gélules qui n’ont aucune odeur et en vente en pharmacie ou même dans les boutiques diététiques:  2 gel le matin et 2 gel le soir.

Avis aux courageux… !!

En pharmacie : Généactive TA associant 520 mg d’huile de caméline et 20 mg d’ail

Chocolat noir et Kiwis

image450image451

Certains aliments ont des propriétés anti hypertensive bien démontrées. Ils ne suffisent pas a eux seuls a traiter une HTA même modérée mais vont renforcer les mesures hygiéno-diététiques qui sont mis en œuvre.

C’est le cas du chocolat noir (2 carrés/j) et des kiwis (3/j) qui baissent la PA de 3,5 mmHg au bout de 2 mois

Le regime DASH

Le régime DASH (Dietary Approaches to Stop Hypertension ou Approches Diététique pour Arrêter l’Hypertension) s’adresse tout particulièrement aux patients hypertendus. Conçus  au USA il n’apporte rien de vraiment nouveau par rapport aux régime crétois modifié mais il a le mérite d’exister et  d’avoir a l’appui une étude qui démontre très clairement l’impact le positif de l’alimentation sur l’HTA. Il propose aussi des recettes pour les patients.

  • Na+ < 1,5 g/j soit 2/3 de cuillère a café. Le sel est remplacé par l’ail, le poivre, citron vert, herbes, assaisonnements et épices.
  • Vitamines, minéraux et  antioxydant.
  • Fibres et forte quantité de glucide a faible indice glycémique..
  • Fruits, noix, légumineuse, céréales complètes, volaille, poissons, produits laitiers écrémés.
  • Bananes, jus d’orange, la papaye, petits pois, pommes de terre, pruneaux, raisins secs, patates douces, tomates
  • Alcool avec modération..
Autres produits pour le traitement des HTA légères
  • L’olivier (Olea europea)

image452

Depuis 5 500 ans, cet arbre accompagne toutes les civilisations du bassin méditerranéen. Les Grecs puis les Arabes avec Avicenne recommandaient déjà son utilisation médicinale.

Inscrites à la pharmacopée européenne, les feuilles d’olivier induisent une dilatation des vaisseaux périphériques et sont fréquemment recommandées pour atténuer l’hypertension légère et modérée.

Leur activité modeste s’avère intéressante au long cours d’autant que leur substance active, l’oleuropéoside, dilate aussi les coronaires et l’aorte, régularise le rythme cardiaque, réduirait légèrement le cholestérol et agirait aussi comme antidiabétique.

On peut consommer les feuilles d’olivier sous forme de décoctions quotidiennes (cinq jours par semaine, trois semaines sur quatre durant trois mois par exemple) à raison de 30 grammes de feuilles pour un litre d’eau à faire bouillir durant 10 minutes à feu doux.

  • L’aubépine (Crataegus monogyna)

image453

La nervosité, l’anxiété et l’hyperactivité favorisent l’hypertension.

L’aubépine agit à la fois sur la nervosité (par les proanthocyanidines) et sur le cœur (grâce aux flavonoïdes) avec des  propriétés sédatives en diminuant le rythme cardiaque et la PA.

En infusion, on peut prendre deux à trois tasses par jour à raison d’une ou deux cuillerées à café par tasse et ceci durant plusieurs semaines avant d’observer des résultats (à partir de six semaines).

En cas d’hypertension essentiellement liée au stress, les plantes calmantes comme la passiflore ou la valériane peuvent être associées.

  • Les myrtilles

image454Consommer l’équivalent d’une tasse de myrtilles  fraiches ou congelées (22 g dans l’étude) tous les jours permettrait de traiter les HTA légères. Ce sont les flavonoïdes qui ont ces propriétés anti HTA.


  • Les plantes diurétiques

Pour diminuer la pression artérielle en augmentant l’élimination  urinaire d’eau et de sel , on fait aussi appel à des plantes diurétiques comme l’orthosiphon, le bouleau, le frêne, le pissenlit a consommer en salade, l’aubier du tilleul sauvage du Roussillon, les fleurs de chrysantelle (Chrysantellum americanum) et surtout l’hibiscus. En gélule ou tisane.

Orthosiphon
Orthosiphon
Pissenlit
Pissenlit
FHibiscus
Hibiscus
Bouleau
Bouleau

 

 

Chrysantelle
Chrysantelle
Aubier de tilleul
Aubier de tilleul
Frêne
Frêne

 

 

 

 

 

Une étude de l’université de Boston a ainsi montré qu’une tisane quotidienne d’hibiscus permettait de réduire l’hypertension légère aussi bien que des antihypertenseurs.


image462

Pressium des laboratoires Sofibio : 1 a 4 gel/j associant l’olivier (vasodilatateur), le bouleau, l’aubépine (sédative, bradycardisant) du Ca+, du Mg2+ et du K. est l’un des traitement phytothérapeutique les plus efficace.


Traitement de l’HTA sans médicament :

  • J’arrête de fumer.
  • Je perds du poids.
  • J’augmente mes activités physiques et sportives.
  • Je traite mon stress par des méthodes sédatives : cohérence cardiaque, relaxation, Yoga…
  • Je réduis ma consommation d’aliments salés, et utilise du sel désodé.
  • J’augmente mes apports en potassium, j’utilise du sel de potassium.
  • Je consomme de l’ail, des antioxydants, des omégas 3, des kiwis, du chocolat noir et réduit ma consommation de graisses animales.
  • Je consomme le soir un bol de tisane diurétique.
  • Je contrôle régulièrement mes chiffres de PA a domicile.
  • Je suis, le cas échéant la prescription de Pressium de mon médecin

image463image464image465image466image467image468image469image462

Les règles hygiéno-diététiques doivent impérativement être modifiées dans la mesure du possible. La modification du mode de vie apparaît souvent comme contraignante mais les multiples bienfaits en retour dépassant largement la sphère cardiovasculaire et sont rapidement ressentis.

Le mode de vie doit être modifié progressivement, pas à pas en évitant d’appliquer la loi du tout ou rien.

Une étude américaine vient de mettre en évidence les vertus du mariage avec en particulier une baisse des chiffres de TA tout du moins au début de la vie conjugale.

La maladie hypertensive est une maladie indolore et chronique c’est a dire que la plupart du temps les traitements médicamenteux ne sont pas urgents laissant au patient du temps (6 mois) pour modifier son mode de vie en première intention. En revanche l’HTA négligée est une maladie qui tue et qui reste l’une des première cause de mortalité sur la planète.

Parfois, même avec l’aide des traitements alternatifs qui peuvent être contraignants, la PA reste mal stabilisée et il ne faut pas hésiter alors à suivre un traitement chimique antihypertenseur. Dans ce domaine les traitements chimiques sont simples en une prise quotidienne et la plupart du temps bien tolérés  et…remboursés par la sécurité sociale.

Dans certains cas et si il n’existe pas de complications cardiovasculaires liées a l’HTA l’utilité du traitement au long court est reconsidéré régulièrement et parfois stoppé.

Le traitement chimique de l’HTA n’est pas toujours « a vie » comme le craignent certains patients. La PA est la partie émergée de l’iceberg et dépend de multiples facteurs génétiques, nutritionnels, émotionnels, endocriniens, environnementaux.

Chez certains patients des  fenêtres thérapeutiques peuvent être proposé afin de confirmer l’utilité du traitement pharmacologique.

L’exercice physique et la modification de l’alimentation sont au moins aussi efficaces qu’un ou deux médicaments, avec en plus aucun effet iatrogène et un bénéfice supplémentaire en ce qui concerne d’autres maladies comme le cancer ou les maladies neuro-dégénératives.

En conclusion, l’HTA est une maladie souvent asymptomatique mais  sérieuse et qui peut engendrer de graves complications. Chronique et lentement évolutive, la maladie hypertensive  permet de prendre du temps et du recul pour établir le diagnostique. Celui ci repose sur la prise de PA a domicile dans des conditions de repos strict car les chiffres varient de manière importante en fonction de l’état physique et psychologique du patient .Dans tout les cas l’apparition d’une HTA signifie que le mode de vie est a modifier et dans certains cas les traitements alternatifs peuvent suffire a régulariser le profil tentionelle. Cependant Les traitements allopathiques sont nombreux , simple dans leur description et pour la plupart  bien tolérés.

Depuis quelques années et ce dans ma pratique médicale quotidienne je m’aperçois que le thème de l’alimentation est difficile a aborder avec les patients. Malgré l’apparition de complications en rapport avec un certains déséquilibre alimentaire, beaucoup de patients sont persuadés avoir une alimentation très saine voir irréprochable. Je pense qu’a ce sujet il existe certaines confusions; les aliment frais et bio , outre leur qualités nutritionnels, ne sont pas tous bons pour le coeur, que de ne pas consommer de plats préparés ne rime pas toujours avec régime peut salé, que bien souvent manger sans sucre n’exclu pas les sucres cachés…Je pense que nous avons tous la capacité a améliorer notre alimentation en restant dans le plaisir culinaire et gustatif et que de brandir trop rapidement, comme par réflexe, la pancarte « Chez nous on mange équilibre car c’est moi qui fait la cuisine »  a tendance clore le débat sur un sujet en pleine évolution et d’importance majeur.

C’est faux nous ne mangeons pas tous bien! L image198‘obésité et les troubles métaboliques ne sont pas réservé qu’au autres.

AJR : Apport Journalier Recommandé
AVC : Accident Vasculaire Cérébral
Cho : Cholestérol
CC : Cohérence Cardiaque
FRCV : Facteur de Risque CardioVasculaire
FC : Fréquence Cardiaque
HTA : HyperTension Artérielle
IDM : Infarctus Du Myocarde
MAC : Médecines Alternatives et Complémentaires
MCV : Maladie CardioVasculaire
MS : Mort Subite
SRA : Système Nerveux Autonome
SNC : Système Nerveux Centrale : cerveau et moelle épinière
TIPI : Technique d’Identification des Peurs Inconscientes
TCC : Thérapie Cognitivo-Comportementale
Vit : Vitamine
Ω : Omega
Glossaire