image101

Nous sommes ce que nous mangeons.

Certaines médecines traditionnelles prescrivaient, autrefois, des régimes alimentaires avant  les traitements pharmacologiques.

C’est probablement en cardiologie et en cancérologie (une récente étude de L’Institut Gustave Roussy démontre que plus de 50 % des cancers du sein après la ménopause pourraient être évités avec une saine alimentation) que l’alimentation doit être considérée comme un traitement à part entière. L’alimentation seule ne guéri rien mais rien ne guéri durablement sans l’alimentation.

Même s’il existe des désordres métaboliques dont l’origine est plurifactorielle et notamment héréditaire ; la cause du diabète est une consommation trop importante de sucre avec un désensibilisation progressive de l’organisme à l’insuline, la cause de l’hypercholestérolémie est une consommation trop importante de graisse (même si une grosse partie du cholestérol est synthétisée par le foie) et la cause de l’HTA est la consommation trop importante de sel de sodium et un manque d’activité physique.

Pour connaitre la constitutions de ce que vous manger, des plats cuisiniers en passant par la tranche de jambon ou le yaourt il existe maintenant des étiquettes de couleurs qui indiquent la qualité nutritionnelle de l’aliment. Mieux, avec votre smart phone vous pouvez scanner le code barre et avoir, par des applications, des informations très claires sur le produits et même des alternatives a celui ci si il est déconseillé pour l’organisme;

Aucun traitement pharmacologique ne doit être prescrit avant la correction de l’excès alimentaire responsable du désordre biologique. De ce fait beaucoup de prescriptions médicamenteuses pourront être évitées.

Par ailleurs l’efficacité de notre pharmacopée n’est démontrée qu’en association avec les mesures hygiéno-diététiques.

La restriction calorique est, avec l’exercice physique, le seul traitement validé du vieillissement.

Toutes les études scientifiques soit obsrvationnelles (on sait ce que les gens mangent et on observe leur état de santé) soit interventionnelles (on modifie l’alimentation des sujets et on observe leur état de santé) prouve que le régime santé repose sur une approche globale de la qualité des aliments et nom sur une dissection chimique en sucres, graisses et protéines.

La ration quotidienne en calories pour un individu est de 35 Cal / kg en sachant que toutes les calories ne se valent pas.

image102

Dans les pays développés, l’industrie agroalimentaire a rendu l’alimentation ultra accessible même pour les foyers les plus modestes mais aux détriments de la qualité. Par ailleurs, beaucoup de produits toxiques sont glissés dans les aliments que nous consommons pour qu’ils apparaissent plus apetissants.

Si l’OMS recommande 400 g/j de fruits et légumes, ce qui est minime d’après les études scientifiques il n’en reste pas moins que les plats préférés des Français restent le magret de canard, les moules frites et le couscous…

Entre une offre de nourriture pléthorique, pantagruélique  et l’obsession de la minceur incarnée par les mannequins faméliques il est bien difficile de s’y retrouver.

Nous sommes tous à peu prés conscient que la qualité de notre alimentation détermine en partie le risque de developper une maladie cardiovasculaire ou certains type de cancer.Pourtant, beaucoup d’entre nous n’en tiennent pas compte pour des raisons diverses, d’autres croient bien mais fond des erreurs grossières et enfin certains affichent une alimentation très équilibrée alors qu’ils sont obèses ou présente des troubles métaboliques importants.

Malheureusement pour ces derniers, et ils sont de plus en plus nombreux, le débat n’est pas clos. Il faut dire que certaines croyances ont la vie dure surtout en Cote d’or ou par exemple un vin de qualité ne pourrais pas être toxique pour l’organisme contrairement aux vins bon marché. Pour le foie la molécule d’alcool est une molécule d’alcool quelque soit sa provenance.

Par ailleurs certains  lobbys entretiennent des contres-vérités, que l’information fiable est difficile a obtenir, que nos comportements alimentaires n’ont rien de cartésiens et que nos traditions culinaires, extraordinaire de qualité et de diversité gustative, peuvent s’opposer aux pratiques recommandées.

Manger est une activité vitale, instinctive, naturelle mais manger sainement devient réellement difficile et exige que  nous ayons de solides connaissances et que nous y passions du temps.

En ce qui concerne les fruits et les légumes la synthèse d’une vingtaine études portant sur 900 000 participants  montre qua les consommer réduit de 16% le risque cardiovasculaire avec – 33% pour les AVC (avec les légumes seuls – 14%)

Pommes, poires, citrons et les légumes verts présentent l’effet protecteur le plus important. 1 fruits/j = ↓ 13% risque de diabète,  1 portion de légumes verts /j = ↓ 10% risque de diabète.

En 1996 une étude chinoise a observé entre 2004 et 2008, 512 891 sujets avec pour objectif d’évaluer l’effet de la consommation de fruits frais seuls sans tenir compte de la consommation de légumes associée. Pour les mangeurs de fruits par rapport a ceux qui n’en mange pas – 4 mmHg de PA ↓ 0.09 g/l de glycémie et surtout ↓ 40% la mortalité cardiovasculaire avec – 34 % de maladie coronaire et d’infarctus – 25 % d’AVC ischémique (une artère se bouche dans le cerveau) et   – 36 % d’AVC hémorragique.Ces résultats sont impressionnants bien plus que l’effet finalement assez modéré de la modification de la PA et de la glycémie.

Les antioxydants, les vitamines et sel minéraux y sont probablement pour beaucoup. Cette étude est unique car elle s’intéresse exclusivement aux fruits frais qui semblent avoir un effet protecteur > aux légumes verts.

.

image103

Pour ceux qui trouveront ce chapitre indigeste, je leur propose qu’une recommandation :

Mangez des aliments de saison, non transformés et achetés directement chez le producteur en évitant les intermédiaires. Par ailleurs, soyez acteur de votre alimentations c’est a dire faite vos courses et cuisiner ce que vous avez acheter. Manger avec plaisir, en pleine conscience et sans culpabiliser. Manger de tout.

Il existe maintenant des associations regroupant des petits producteurs  (Locavor ou les aliments sont produits a moins de 250 km du point de vente) ou il est très facile de se fournir en aliments variés, de bonnes qualités et uniquement de saison.

Les prix sont, bien sur, un peu plus élevés que dans les grandes surfaces.

image104

Cependant comme en général les commandes se font a l’avance nous achetons que ce dont nous avons besoin et impossible d’être tenter par les rayons loisir, électroménager etc… avant d’acheter une botte de carotte. Ce qui revient finalement  moins chère et limite le gaspillage.

Le neuro-marketing est une science complexe, utilisé par les grandes enseignes, qui incite, à notre insu, le cerveau a dépenser plus.


image105 Une étude américaine a publié en janvier 2016 la fréquence de la mortalité cardiaque en fonction des jours de l’année. Il en ressort 2 pics de mortalité cardio-vasculaire  qui corresponde aux jours de Noël et du 1er janvier. Cette surmortalité peut s’expliquer par une prise en charge médicale non optimale en période de fête, le stress de fin d’année et des fêtes  mais surtout les agapes alimentaires avec surconsommation de sel, de graisses animales et d’alcool. Notez que l’hiver est une période a risque de faire un IDM du fait du froid pourvoyeur de spasmes coronaires dangereux sur des artères coronaires malades. Bien d’autres mécanismes peuvent rendre compte de cette surmortalité hivernale ; manque de soleil, tendance à l’hibernation et à ralentir ces activités physiques, dépression saisonnière, carence en nutriments santé notamment la vitamine D…

 

 

image106

Il semble important dans ce chapitre sur l’alimentation d’aborder le thème des compléments alimentaires, dont les français sont tant friands, proposés par la micro-nutrition et la phytothérapie. Ils sont très utiles tant l’alimentation industrielle dénature ce que nous mangeons. Certains aliments apportent des calories vides de nutriments entrainant des carences en vitamines, minéraux, oligoéléments, acides gras essentiels et acides aminés essentielsD’ailleurs beaucoup de sujet en surpoids voir obèses présentent de sévères carences.

Les transports même peut prolongés des fruits et des légumes entrainent une perte importante de leurs substances nutritives. Idéalement il faudrait consommer un fruit dés qu’il tombe de l’arbre au risque de voir disparaître ces vitamines. C’est le cas notamment de la vitamine C très sensible à la lumière mais aussi a la chaleur. Par contre le froid est plutôt conservateur et la congélation préserve bien  les nutriments .

 

image107Le mode de cuisson intervient aussi dans la qualité de ce que nous mangeons car plus l’aliment est cuit, plus les nutriments sont détruits et plus l’indexe glycémique s’élève.

La cuisson rapide a la vapeur est probablement la meilleur façon de conserver ce que contient l’aliment et il ne faut pas hésiter parfois a consommer l’eau de cuisson.

Le four a micro onde n’est pas mauvais contrairement au barbecue.Les aliments cuits a très haute température et au contact de la flamme conduit a la formation de substances chimiques dont certaines comme les hydrocarbures peuvent être toxiques. Cependant le barbecue reste un très bon moyen de dégraisser les aliments .

Les fruits et légumes congeler ont garder leurs propriétés nutritionnelles et permettent de consommer des aliments hors saisons.Tentons de ne pas manger des denrées qui sont rapatrier de l’autre bout du monde en polluant les sols marins, en exploitants les pays pauvres et qui arrivent dénaturées dans notre assiettes et jeter a la poubelles  parce que « c’est pas bon ».

Pour les plus courageux munissez vous d’une extracteur de jus qui permet de consommer fruits et légumes de manière ludique. A partir de livres de recettes vous pouvez concocter des jus originaux d’aliments qui ne sont pas dans vos habitudes culinaires et pourtant vraiment bon pour la santé. L’intérêt de l’extracteur est qu’il conserve touts les micronutriments de l’aliment contrairement aux autres robots qui les détruits.Ont peu, sur certains modèles récupérer la pulpe des fruits et légumes pour cuisiner. Par contre l’extracteur de jus n’est pas l’ami de notre transit: il ne conserve  pas les fibres. Opter pour une machine manuelle, toute aussi efficace et bonnes pour les biscoteaux et …la planète.

La micro-nutrition pallie non seulement les déficits en micronutriments mais vient aussi compenser les excès en métaux lourds, radicaux libres et graisses saturées.

La phytothérapie s’appuie sur les effets thérapeutiques des plantes.

En général, le nutriment isolé et extrait de la plante est moins actif biologiquement que la plante elle même car il y a prés de 250 produits actifs dans celle ci, qui se potentialisent les uns des autres (comme par exemple le magnésium qui sans la B6 et la taurine a peu de chance d’être absorbé dans les cellules de notre organisme).

Certains compléments alimentaires trouvés en pharmacie sont issus de la synthèse industrielle et sont donc moins bien assimilés. C’est le cas de certaines vitamines C.

Extraire un ou des produits actifs d’une plante (le totum) ou d’un aliment est chimiquement difficile et seuls certains laboratoires utilisent des principes d’extraction efficaces. Ces principes d’extraction sophistiqués fond la différence entre l’herboristerie de nos grands parents et la phytothérapie actuelle.

Ensuite il est nécessaire que le produit actif extrait soit en quantité suffisante.

image108

Toutes ces raisons font que les compléments alimentaires et la phytothérapie doivent, comme un traitement allopathique, relever d’une prescription médicale par un médecin formé en micro-nutrition ou en phytothérapie. Ils peuvent être utilisé en prévention primaire et secondaire pour palier aux divers déficits de l’alimentation industrialisée.

Micro-nutrition et phytothérapie sont de vraies sciences enseignées en faculté de médecine ou de pharmacie n’en déplaise a certains praticiens qui « n’y croient pas » ou qui « ne sont pas pour ». Ceux ci sont en général tout simplement mal informés. C’était par exemple le cas des omégas 3 en cardiologie il y a quelques années.

Reconnaissons qu’il faut une sacrée dose d’humilité pour qu’un médecin admette, après un cursus scientifique ardu, qu’un fruit, un légume ou une plante soit peut être aussi efficace qu’un traitement chimique… !!

Le bio, est-ce vraiment mieux ?

pestL’ agriculture biologique a au moins une vertu: le respect de l’environnement.Elle regroupe en fait des pratiques très hétérogènes, mais qui ont pour point commun le renoncement à l’utilisation d’engrais artificiels et de pesticides.

il n’y a pas de différence en ce qui concerne les valeurs nutritionnels des aliments (sauf pour le phosphore qui représente peut d’intérêt sur la santé, et les Ω 3) entre le bio et l’agriculture conventionnel mais cette dernière contient 30% de produits dangereux en plus  pour la santé; pesticides, métaux lourd, et  bactéries multi-resistantes aux antibiotiques (salmonelles et campylobacter) . Certains produits pénètrent dans la racine du végétal et résiste donc au lavage ou a l’épluchage de l’aliment. En ce qui concerne les antioxydants les études ont bien montrées qu’en fonction des produit l’AB apporte 20% a 70% d’antioxydants que l’agriculture conventionnelle.

C’est le cas du cadmium qui est un métal lourd qui s’accumulent dans le rein, le foie, les artères et le coeur. Ce puissant toxique cardiovasculaire a une durée d’élimination dans l’organisme de 15 a 30 ans et augmente le risque D’IDM et d’AVC de 54 % selon une étude de 2016 portant sur 12511 participants. C’est un véritable scandal!!

Dans la viande, comme pour les autres produits, pas de différence entre les minéraux, les vitamines mais on note en moyenne 47 % de plus d’Ω 3 et 23 % de plus d’AG poly-insaturés dans la viande bio;

En résumé, en l’état des connaissance actuelles (en ce rapportant aux centaines d’études portants sur le sujet), les aliments bio ne présentent pas de différence significative par rapport à des aliments élaborés de façon conventionnelle en ce qui concerne les valeur nutritive (contenu en protéines, lipides, minéraux, fibres, vitamines…). En revanche le bio renferme moins de produits toxique (pesticides, métaux lourd), moins de bactéries multi-résistantes aux antibiotique et plus de substances bénéfiques comme les antioxydant et les Ω3 et AG poly-insaturés.

 

 

 

AJR : Apport Journalier Recommandé
AVC : Accident Vasculaire Cérébral
Cho : Cholestérol
CC : Cohérence Cardiaque
FRCV : Facteur de Risque CardioVasculaire
FC : Fréquence Cardiaque
HTA : HyperTension Artérielle
IDM : Infarctus Du Myocarde
MAC : Médecines Alternatives et Complémentaires
MCV : Maladie CardioVasculaire
MS : Mort Subite
SRA : Système Nerveux Autonome
SNC : Système Nerveux Centrale : cerveau et moelle épinière
TIPI : Technique d’Identification des Peurs Inconscientes
TCC : Thérapie Cognitivo-Comportementale
Vit : Vitamine
Ω : Omega
Glossaire