En temps qu’être vivant nous sommes tous différents les uns des autres mais pourtant nous aspirons tous au même bonheur et à la santé.

Nous sommes des organismes uniques, complexes physiquement et psychologiquement et pourtant tous fait de la même substance et indéniablement reliés en permanence les uns aux autres.

Notre cerveau nous permet de connaître, de comprendre, de sentir, d’écouter, d’aimer, de planifier et d’anticiper le futur. Nous avons la capacité de mémoriser les expériences bonnes ou mauvaises de manière à adapter notre comportement. Et surtout nous sommes pourvus d’une certaine sagesse qui consiste à prendre sur soi maintenant pour accroître nos chances de trouver plus tard ce à quoi nous aspirons. Nous avons l’extraordinaire capacité de nous relier à notre être profond mais aussi aux autres que ce soit par les organes des sens, par la parole, par le ressenti ou par le contact physique. Même les ermites isolés au fond de leur grotte ne sont pas seuls mais reliés à Dieu.

Quelque soit la gravité de la maladie que nous contractons nous restons cet être sensible avec ces mêmes aspirations. Notre partie  « saine  » peut aider notre partie malade et développer une certaine forme d’empathie envers elle. L’organe malade est toujours le nôtre et a besoin d’aide.

Nul besoin de partir en guerre et de vouloir « éradiquer la tumeur », « combattre l’infection », « tuer  les cellules cancéreuses », « déployer l’arsenal thérapeutique ». A l’inverse se désinvestir et occulter la maladie est un comportement tout aussi toxique.

image509

A travers l’alimentation équilibrée, l’activité physique et la gestion des émotions nous favorisons la guérison et sommes mieux préparés à bénéficier des traitements conventionnels. Ceux-ci sont indispensables mais parfois lourds et au début peuvent faire plus de mal que de bien.

Notre corps est constitué de ce que nous mangeons. Depuis la 2eme guerre mondiale, l’alimentation industrielle des pays développés a permis d’éradiquer la famine, hantise de nos ancêtres, mais au prix de la qualité. Pesticides, pollution, calories vides, nous sommes obligés pour notre santé d’être suffisamment informés  pour manger sainement.

L’activité physique est le premier traitement alternatif et peut être le plus efficace. C’est initialement dans le domaine de la cardiologie que les effets bénéfiques du sport ont été démontrés scientifiquement il y a plus de 20 ans. Actuellement le sport est considéré comme un réel traitement, prescrit sur ordonnance dans bien d’autres pathologies comme les maladies neuro-dégénératives et les cancers. Il semble évident que le mouvement  soit indispensable à la santé.

Les bienfaits de l’équilibre émotionnel (certains auteurs parlent de psycho-cardiologie), souvent négligés, démontrent  que le psychisme agit sur le corps physique. Si le contraire est pour beaucoup une évidence, le travail sur les émotions devrait être associé au traitement conventionnel. C’est le cas en rééducation cardiovasculaire prescrite après un accident cardiaque ou une chirurgie.

Si la médecine occidentale a des compétences inégalées dans la prise en charge des maladies aigües, elle devient parfois insuffisante à leur stade chronique. Les médecines alternatives et complémentaires (MAC) qui, depuis des milliers d’années pour certaines, soignent et guérissent ne doivent pas être écartées à titre systématique. Bon nombre d’entre elles sont d’ailleurs « revalidées » par des études scientifiques récentes rigoureuses et sont enseignées dans certaines facultés de médecine ou de pharmacie.

La plupart des soignants qui les dénigrent ne les connaissent tout simplement pas et ont des difficultés a accepté que des gestes simples peuvent se substituer a une médication complexe dont il sont les uniques détenteurs au terme de longues et difficiles années d’étude.

Il s’agit des thérapies qui modifient favorablement le système nerveux végétatif comme la cohérence cardiaque mais aussi la  relaxation, la sophrologie, le yoga, la méditation laïque, la gymnastique sensorielle…

D’autres améliorent la circulation des énergies (et des fluides corporels) comme l’acupuncture, la digito-pressure (que l’on peut faire soi-même), le Qi Gong, le Tai Chi. Ces techniques visent la bonne circulation de l’énergie des différents organes dans leurs méridiens correspondants.

image510

J’ai très peu abordé dans les pages précédentes la médecine énergétique. Pourtant il semble indispensable d’appréhender l’être humain sous son aspect physique, émotionnel ou psychique mais aussi énergétique. Le fait que le corps physique ait besoin des diverses énergies environnementales pour fonctionner est une évidence. Que ce soit l’énergie des aliments, de l’air, de la terre, du soleil, de ses géniteurs…

La médecine énergétique va plus loin et stipule que des corps énergétiques invisibles par nos sens (mais de nombreuses fois démontrées par leurs effets ou directement visualisés par certaines techniques) entourent le corps physique et le précède. Le corps physique serait un condensé d’énergie. Les corpuscules qui sont les plus petites particules constituant la matière et nos atomes peuvent se comporter comme des ondes vibratoires énergétiques.


image511

Ces atomes constitués de noyaux et d’électrons sont a 99% vides …a moins  qu’ils ne baignent dans un champ énergétique. La physique quantique étaie les théories ancestrales qui voient la matière comme un bloc d’énergie condensé.

La médecine énergétique voit le corps (et l’univers) comme une multitude d’énergies vibratoires et la maladie comme la résultante d’un déséquilibre énergétique lié a une énergie polluante (physique ou mentale) qui entre en résonnance avec l’énergie de l’organe malade. Le traitement énergétique a rétablir ces énergie vibratoire

Par ailleurs, l’ostéopathie fonctionnelle agit sur le fonctionnement des tissus et des cellules et certains de ces praticiens s’engagent d’avantage dans la voie énergétique que mécanique. Les ostéopathes diplômés d’état (DO) ont une sérieuse formation d’une durée de 5 ans.

Certaines de ces MAC abordent la maladie sous son aspect émotionnel et sont parfois très utiles  pour aider le patient à accepter et digérer le diagnostic ou à supporter les traitements lourds et même mutilants (comme le cancer du sein). On peut faire appel à des psychothérapeutes plutôt à orientation psychocorporelle. Un soutien psychologique peut aussi être proposé aux proches.

L’effet thérapeutique du contact peau à peau n’est plus à démontrer même chez les adultes et les massages médicaux peuvent apaiser le corps et aussi l’esprit.

Tous ces outils complémentaires ne sont, pour la plupart, pas pris en charge par la Sécurité Sociale ce qui bien sur est critiquable. Cependant la médecine alternative et complémentaire (MAC) exige la participation active et  notamment financière du patient sinon elle est vouée à l’échec.

La plupart des praticiens exerçant ces médecines  ont bénéficié de formations sérieuses et couteuses mais souvent n’ont pas de diplômes officiels. Il faut donc se fier à son instinct et à la confiance que vous ressentez au cours des premiers rendez-vous.

Généralement les plus professionnels sont ceux qui font le moins de publicité. Même si ces thérapeutes pratiquent une méthode à laquelle ils se réfèrent, ils l’enrichissent de leur sensibilité, de leur expérience tant et si bien qu’il y autant de thérapies disponibles que de thérapeutes! L’important c’est de garder l’esprit ouvert et de se faire sa propre idée sur le bien-fondé de toutes ces techniques complémentaires.

Par ailleurs si vous n’avez pratiquement pas le choix de la spécialité médicale requise pour traiter votre maladie, en ce qui concerne les traitements alternatifs, c’est à vous de savoir ce qui vous conviendra le mieux.

N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin et à consulter des livres de vulgarisation médicale qui sont, pour la plupart, très bien faits.

ça va mieux en le disant (chapitre en court d’ecriture)

Cela va faire maintenant 20 que je pratique ce métier et peut être que mon esprit et en particulier mon mental me joue des tours, mais j’ai parfois l’impression que  les rapports les médecins et les patient se dégradent.

Au début ce sit internet était véritablement novateur du fait de  l’approche holistique des maladies cardiovasculaires. Depuis de nombreux livres sont sortis sur le sujet; les médias ont pris le relai et ont ne peut pas ouvrir un journal ou son poste de télévision sans voir Michel Simes nous expliquer comment vivre vieux et en pleine santé avec un coeur de 20 ans.

Mais combien de patient sont véritablement  intéressés par cette approches? Combien de patients connaissent leur ordonnances, ont pris le temps d’écouter le médecin afin de bien comprendre leur maladie? Et combien de patient savent écouter leur corps et préciser leur symptômes afin d’orienter le diagnostic?

Bref combien de patient s’intéresse  vraiment a leur état de santé ? Et bien ils sont très peu nombreux. La médecine, remboursée presque entièrement par la SS ainsi sue le transport pour aller en consultation, ne coute rien donc pour certains patient la médecine ne vaux rien. C’est un produit de consommation comme un autre et l’investissement de la part du patient peut être minimal. 20 % des traitements prescrits ne sont pas acheté et sur les 80 % restant, a moitié sont consommé et une infime part en respectant l’ordonnance stricto sensu  (en terme de posologie, de longueur de traitement).

Alors il ne faut pas s’étonner que certains médecins soient devenus expéditifs…

Comme je l’ai expliquer tout au long des chapitres, le médecin accompagne le patient sur le chemin de sa guérison. Il est en aucun cas là pour le tirer par la manche contre son grès et de le forcer a avancer. Le médecin en a aucune envie et encore moins le temps.Et, de plus, ce type de démarcher est contreproductive

Alors que chacun se mettent au travail ! Pour une médecine plus humaine il faut que le médecin et le patient se relient à leur propre humanité. Il faut que la médecine de demain repose sur une solide confiance entre patient et médecin et qu’un véritable travail de groupe s’organise entre les deux partis.

Aider nous a vous soigner !

Si nous ne résistons, pas la médecine du futur sera robotisée, avec des consultations  uniquement en ligne par internet et des soins standardiser…bref une médecine qui n’aura plus rien avoir avec l’humain. Mais peut être que pour certains d’entre vous  il ne s’agit pas d’un enjeu majeur?

Moi je pense que si…

AJR : Apport Journalier Recommandé
AVC : Accident Vasculaire Cérébral
Cho : Cholestérol
CC : Cohérence Cardiaque
FRCV : Facteur de Risque CardioVasculaire
FC : Fréquence Cardiaque
HTA : HyperTension Artérielle
IDM : Infarctus Du Myocarde
MAC : Médecines Alternatives et Complémentaires
MCV : Maladie CardioVasculaire
MS : Mort Subite
SRA : Système Nerveux Autonome
SNC : Système Nerveux Centrale : cerveau et moelle épinière
TIPI : Technique d’Identification des Peurs Inconscientes
TCC : Thérapie Cognitivo-Comportementale
Vit : Vitamine
Ω : Omega
Glossaire